Comment déjouer les difficultés liées à la création d'entreprise ?…

Tout le monde le dit, tout le monde le pense, créer son entreprise, être son propre patron c'est galère. Et puis il y a les chiffres qui parlent d'eux même, plus de 230 000 de créateurs d'entreprise en 2006 et 1 créateur sur 2 qui ne va pas au delà des 5 ans d'activité (source APCE 2007). Pourquoi ? C'est ce que nous allons voir aujourd'hui.

Tout le monde, peut-il être créateur d'entreprise ?

Oui, tout le monde ayant un projet peut créer sa société. Pas besoin d'avoir le Bac pour monter son entreprise : 43% ont un diplôme CAP/BEP, 40% ont un diplôme d'école supérieure. (source APCE 2007)

Mais quels sont les difficultés, les causes d'échec ?

Monter sa société n'a rien de difficile en soi. L'immatriculation de la société n'est pas le plus important et prend à peine plus de 15 minutes (c'est juste un formulaire à remplir, si on a tous les papiers demandés sur soi, ça prend pas plus de temps). Le plus difficile reste de bien définir son projet en amont, afin de savoir s'il est viable ou non. Encore quelques chiffres de l'APCE, pour illustrer notre propos. Parmis les + 230 000 créateurs de projet, seulement :

  • 5% des nouveaux dirigeants ont font appel à un organisme de soutien à la création d’entreprise.
  • 24% des chefs d’entreprise ont suivi une formation.
  • 40% ont prospecté avant de créer leur entreprise
  • Un tiers des porteurs de projet ont réalisé une étude de marché
  • 25% ont contracté un emprunt bancaire pour financer leur projet.

Les principales causes d'échec sont :

  • 27% des échecs sont dûs à des problèmes de direction (mauvaise gestion, manque de fonds propres au démarrage, mauvaise organisation, formation technique du dirigeant)
  • 23% sont dûs à un problème de trésorerie. On ne tient pas compte de l'allongement du crédit client, des impayés, de la suppression/réduction des concours bancaires à court terme ou d'une croissance trop rapide
  • 23% sont dûs à des problèmes commerciaux (baisse de la demande, défaillance de clients, fonction commerciale défaillante)
  • 8% autres causes (problèmes sociaux, maladie du dirigeant, sinistres, malversation,...)

Alors, comment assurer la pérénité de son projet ?

Comme dit précédemment, il ne faut pas se lancer bille en tête, comme ça, du jour au lendemain. Créer sa propre société demande une certaine organisation, une certaine rigueur et du temps. Vous venez de perdre votre boulot et donc vous vous retrouvez demandeur d'emploi à l'ANPE : parlez de votre projet de créateur d'entreprise à votre conseiller référent, il vous proposera 2 ateliers pour déjà vous permettre de savoir si c'est vraiment ce que vous souhaitez. Dans le premier atelier intitulé "Créer son entreprise, pourquoi pas ?", il s'agira de voir si vous êtes apte à vouloir être votre propre patron (exemple : Allez-vous compter vos heures de travail et faire 35h par semaine ? Ou allez-vous mettre votre montre de coté, pour travailler 10 à 12 h par jour ?). C'est le fameux bonhomme rouge et vert. Une fois cette étape franchie (environ 2h ou une matinée), vient le deuxième atelier : "Organiser son projet de création ou de reprise d'entreprise". La vous rentrez dans le vif du sujet. Par écrit, et avec l'aide d'un intervenant, vous allez décortiquer votre projet, répondre à des questions, notamment préparer votre plan d'affaire (ou Business Plan), énoncer vos produits, vos fournisseurs. Mais ce n'est pas forcément suffisant.

J'aimerais insister sur le fait que pour les 2 ateliers de l'ANPE, il faut prendre le temps nécessaire. Je veux dire par là que s'il vous faut 4 ou 6 demi-journées, prenez les 4 ou 6 demi-journées. C'est gratuit, vous avez accès à des documents et l'intervenant est là pour vous accompagner.

En effet, en fonction de votre parcours professionnel et de vos compétences, vous aurez besoin d'avoir de l'aide et du soutien. Déjà la famille est votre premier soutient. Vos proches vous connaissent, ils savent ce dont vous êtes capable. Avoir leur soutien est important pour vous. En dehors de votre famille il existe des organismes qui peuvent vous offrir des formations pour la création d'entreprise. Là encore, parlez-en à votre conseiller, il vous donnera les types de formation et les différents organismes qui les proposent.

Quels sont ces formations, et organismes et où puis-je trouver plus d'information ?

Tout d'abord, il faut que vous sachiez que ces dernières années, l'Etat a cherché à simplifier certaines démarches. Par exemple, depuis le 1er décembre 2007, la demande pour l'obtention de l'ACCRE se retire en même temps que le formulaire de création de la société, auprès d'un CFE (Centre de Formalité des Entrprises). Auparavant il fallait remplir un formulaire qu'il fallait récupérer auprès de la DDTEFP (Délégation Départementale du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle) et le déposé à la DDTEFP avant la demande d'immatriculation. Le CFE rassemble tout les éléments du dossier de création et les transmets, après un contrôle formel, aux différents organismes à savoir, l'INSEE, les organismes sociaux (URSAFF, RSI), les services fiscaux, le Greffe du tribunal de commerce (pour une activité commerciale ou si c'est une société), le Répertoire des métiers si l'activité est artisanale, les caisses sociales pour salarié et l'inspection du travail si la société démarre avec des salariés.

Coté formation, cela dépend de votre région demandez conseil soit dans votre ANPE soit à la Maison de l'Entreprise la plus proche de chez-vous. Mais voici les dispositifs et organismes :

  • Le dispositif "Cap Entreprise" est un programme d'accompagnement globale associant diagnostic, formation conseil et suivi. Le diagnostic est établi auprès d'un Centre de diagnostic labélisé par la Région. Pour plus d'infos vous pouvez télécharger la plaquette du dispositif : CAP Entreprise
    Lorsqu'on rentre dans ce dispositif, on reçoit une liste d'adresse des différents Centre de diagnostic qui se trouvent dans notre Région.
  • ATHENA : Boutique de Gestion. C'est l'un des Centre de diagnostic labélisé par la Région Ile-de-France. Site : http://www.boutiques-de-gestion.com/bg/edito.php?id=33
  • Gestion 95 : ils sont habilités à former les futurs chefs d'entrepise. Ils travaillent en partenariat avec l'ANPE et les Centre de diagnostic. Site : http://www.gestion95.fr/
Coté aides il y a plusieurs dispositifs, avec pour certains, des conditions d'éligibilité :
  • l'ACCRE : c'est l'Aide pour les Chômeurs, Créateurs, Repreneurs d’Entreprises. Il permet d'exonérer le créateur des cotisations sociales (assurances maladies, maternité, invalidité, décès ; des allocations familiales et d'assurance vieillesse de base). Public concerné :
    - demandeurs d'emploi indemnisés par les ASSEDIC ou susceptibles de l'être (justifiant de 6 mois d'activité salariée au cours des 18 derniers mois)
    - demandeurs d'emploi justifiant d'une inscription à l'ANPE en tant que demandeur d'emploi de 6 mois au cours des 18 derniers mois
    - les bénéficiaires du RMI, des différentes allocations (ASS, AI, API)
    - les jeunes de 18 à 26 ans
    - les personnes de moins de 30 ans reconnues handicapées
    - ...
    Pour plus d'infos : ACCRE
  • l'EDEN (encouragement au développement d'entreprises nouvelles) : c'est une aide d'avance remboursable sur 5 ans, sans intérêt. Public concerné :
    - demandeurs d'emploi de plus de 50 ans
    - les bénéficiaires du RMI, des différentes allocations (ASS, AI, API)
    - les jeunes de 18 à 26 ans
    - âgés de moins de 30 ans non susceptibles de percevoir les allocations de chômage ou reconnues handicapées
    Pour plus d'infos : EDEN
  • les chéquiers-conseils : il suffit d'être éligible soit à l'ACCRE soit à l'EDEN. Ces chéquiers peuvent être utilisé pour payé les honoraires d'Avocats, d'Expert-comptable, etc... Il peuvent être pris avant ou àprès la création d'entreprise. La demande doit-être faite à la DDTEFP. Pour plus d'infos : les chéquiers-conseils
  • les aides des ASSEDIC : il y a deux possibilités qui ne sont pas cumulables. Soit l’Assedic peut vous verser une aide sous forme d’un capital à l’immatriculation, soit elle peut maintenir une partie de vos allocations de chômage pendant la phase de démarrage. Le maintien des allocations est fonction de vos gains et limité dans le temps. Se renseigner auprès de son ASSEDIC.
  • le PCE : il a vocation à améliorer le financement des jeunes entreprises créées ou reprises. Il est obligatoirement accompagné d'un concours bancaire à moyen ou long terme dont le montant est au minimum égal à 2 fois celui du PCE. Il finance en priorité les besoins immatériels de l'entreprise : constitution du fonds de roulement, frais de démarrage. Mais, il peut également financer la reprise d'un fonds de commerce.
    Pour plus d'infos : PCE
Bien entendu, il existe d'autres aides, que vous trouverez sur l'excellent site de l'APCE (Agence Pour la Création d'Entreprise) : APCE. L'APCE édite aussi plusieurs ouvrages dont "Créer ou reprendre une entreprise" (49,00€) et des fiches professionnelles : "la création par métier" (8,00€)