En tant que Webmaster: comment réduire ses coûts ?…

Il y a quelques jours, je vous expliquais comment déjouer les difficultés de la création d'entreprise. Aujourd'hui je vais vous donner quelques conseils pour améliorer votre fiscalité, c'est à dire parler un peu de ce qui est investissement/amortissement, à partir de combien un bien peut-il être considéré comme investissement ? Que faut-il mettre dans les charges pour que nous -en tant personne physique-, ayons moins d'impôts à payer ? etc... Comme je ne suis pas expert-comptable et que je ne saurais me substituer à lui, ce tutoriel va être simple et court.

Petit rappel :

Lorsque l'on crée une société, ou plus exactement une entreprise, nous devons choisir entre différents statuts (EI, micro-entreprise, SARL, SA, SAS, SNC, etc...) et 2 régimes fiscaux d'imposition à savoir l'IR (Impôts sur le revenu) et l'IS (Impôts sur les sociétés) qui dépendent un peu du statut choisi. En effet, certains statuts exigent un régime fiscal particulier. Par exemple l'Entreprise Individuelle est soumise à l'impôt sur le revenu, car il n'y a pas de séparation avec les biens personnels. Tandis que les SA, SAS, SARL sont soumises obligatoirement à l'impôt sur les sociétés (sauf la SARL de famille qui peut choisir l'IR). Les SNC, SCP et l'EURL ont le choix, par défaut c'est l'IR mais elles peuvent opter pour l'IS. Attention : l'option pour l'IS est irrévocable.

La micro-entreprise

La micro-entreprise est une EI un peu particulière. En effet, l'entreprise exerce une activité imposée dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) (pharmacien, activité commerciale, industrielle, artisanale) exercée sous forme individuelle ou sous forme de société ou activité non commerciale exercée sous forme de société soumis à l'IS. Pour débuter une affaire, savoir si notre projet est viable sur le long terme se lancer en micro-entreprise est un très bon choix. le CA (Chiffre d'Affaire) annuel ne doit pas dépasser 27000 € pour les prestations de services et de 76300 € pour les ventes.

L'Impôt sur les Sociétés

Il faut savoir que le bénéfice de la société est imposé à l’Impôt sur les Sociétés (sauf pour l'EI ou il est soumis à l'Impôt sur le Revenu). Il s’agit d’un taux fixe qui s’élève actuellement à 33%. Les entreprises pourront bénéficier d’un taux réduit dans les conditions suivantes :

  • un CA réalisé au cours de l’exercice visé inférieur à 7 630 000 €.
  • un capital social entièrement libéré et détenu pour 75% au moins par des personnes physiques.
Dans cette hypothèse, le taux de l’impôt applicable au bénéfice imposable est fixé à 15 %. Ce taux s’applique dans la limite d’un bénéfice imposable de 38 120 €.
La fraction du bénéfice excédant 38 120 euros est soumise à l’IS dans les conditions de droit de commun, soit 33%.

Il peut être intéressant d'opter pour ce régime fiscal, notamment lorsque l'on veut toucher tout ou une partie des bénéfices de la société, à savoir les dividendes. En effet, les dividendes sont imposés au niveau de la société au titre de l’IS, et au niveau des associés au titre de l’IRPP (Impôt sur le Revenu des Personnes Physique). Pour diminuer la charge fiscale résultant de cette double imposition, les associés bénéficient d'un avantage fiscal.
Les dividendes sont des revenus de capitaux mobiliers, soumis à :
  • prélèvement social de 2 %,
  • contribution additionnelle au prélèvement social de 0,3 %,
  • CSG (8,2 %) et la CRDS (0,5 %).

Les dividendes bénéficient d’un abattement de 40 % sans limitation de montant. Un abattement forfaitaire égal à 1 525 € pour une personne seule et 3 050 € pour un couple soumis à une imposition commune est ensuite appliqué.
L’associé bénéficie en outre d’un crédit d’impôt plafonné annuellement à 115 € pour une personne seule et 230 € pour un couple soumis à une imposition commune (mariage ou Pacs).

Qu'est-ce-qu'un investissement et qu'est-ce que l'amortissement ?

Un investissement (appelé aussi immobilisation) est, pour une société, essentiellement une opération économique pour acquérir des biens durables, (tels que : loyer, voiture, matériels informatique,...) utilisés pendant plusieurs exercices. Tous biens durables dont le coût est supérieur à 500 € (à partir du 1er janvier 2008 c'est 1000 €) peuvent être considérés comme des investissements et à ce titre, ils peuvent être amortis.

L'amortissement est une notion comptable qui a pour objet de constater la dépréciation subie par une immobilisation en raison de l'usure ou du temps. Fiscalement, les amortissements régulièrement pratiqués au cours d'un exercice viennent en déduction du bénéfice imposable. (source APCE)
Les biens tels que le matériel informatique sont amortis sur 3 ans, le mobilier sur 4 à 5 ans, les voitures de fonctions sur 5 ans, les grosses machines sur 5-10 ans, les murs et travaux sur 15-20 ans. De toute façon, là c'est votre expert-comptable qui s'en occupe, vous n'avez pas à y penser.

Que peut-on mettre dans les charges de l'entreprise, et quel en est l'intérêt ?

Dans les charges de l'entreprise, en plus des frais fixes (EDF, Eau, loyer), des salaires et investissement, nous pouvons mettre les frais Internet, les frais kilométriques si la voiture vous appartient, les frais de transport, etc... L'intérêt c'est que ça diminue votre bénéfice...

Lorsqu'on est gérant majoritaire donc Travailleur Non Salarié que vaut-il mieux prendre un salaire ? Ou se payer sur les dividende ?

Le choix n'est pas simple. Vous pouvez choisir l'un ou l'autre, ou les deux. Il faut juste avoir une chose en tête, avec que les dividendes, vous ne cotiserez pas de retraite. Pour cotiser des retraites il faut s'être versé au minimum un salaire de 6000 € dans l'année. Pour moi il faut faire un mix des deux : se payer un salaire suffisamment correct pour cotiser notre retraite (mais pas trop non plus car les salaires sont soumis à l'IR) et de prendre le reste en dividende.

En bref, il y a possibilité de réduire des couts, d'alléger ses dépenses, de mettre certaines dépenses sur le compte de la société. Le mieux est d'en parler avec son comptable et même le fisc, qui notamment vous conseillera de laisser tomber la dernière 307 CC ou le dernier 4x4 mais de prendre plutôt une Audi A4 ou autre voiture (même votre concessionnaire vous conseillera de ne pas l'acheter).